En savoir plus

Dans 10 ans, la moitié des agriculteurs en exercice seront partis à la retraite. La biodiversité chute, les patrimoines ruraux se dégradent. De plus en plus de citoyens recherchent une vie plus proche de la nature; les collectivités locales prennent conscience de la nécessité d’un changement.  De jeunes agriculteurs créent des modèles de culture et d’élevage alternatifs, des modes de vie plus sobres se développent…

Terres Fermes construit des projets de fermes coopératives franciliennes. Ces lieux citoyens et hybrides, traits d’union entre la campagne et la ville, comportent :

  • Une activité agricole et des ateliers de transformation,
  • Un habitat participatif inclusif et intergénérationnel,
  • Un tiers-lieu dédié à la formation et à la culture, tourné vers la transition agricole, la construction biosourcée, l’artisanat et l’art

Les fermes sont réhabilitées grâce à des méthodes de construction écologiques. Elles sont investies par des habitants permanents ou temporaires, locaux ou urbains. L’ un des enjeux est d’opérer une transition alimentaire territoriale. Les produits seront distribués aux 400 Coop à Paris et dans d’autres magasins de la région.

Les coopérateurs et les personnes qui le souhaitent réaliseront des séjours à la ferme pour participer aux tâches agricoles, se ressourcer, expérimenter un habitat alternatif, se former à la permaculture et l’écoconstruction, organiser des événements culturels et festifs.

La démarche est avant tout une expérimentation en vue de faire disparaitre la précarité du monde agricole et rééquilibrer la chaine de valeur du secteur agro-alimentaire. Nous souhaitons l’arrêt de l’artificialisation des terres, le retour à la terre des urbains pour recréer une connaissance en voie de disparition dans les villes et la réduction de l’impact environnemental de nos modes de vie. Favoriser des méthodes de culture de la terre et d’élevage durables est également nécessaire à rétablir une alimentation saine pour tous.

La ferme collective comme une brique élémentaire d’une société post-carbone : écologique, solidaire et citoyenne.

Habitat, Ferme, Tiers-lieu…
Notre souhait de faire l’expérience d’une vie au quotidien avec plus de solidarité se traduit aujourd’hui par un premier projet d’installation dans une ferme productive, écologique et citoyenne à réhabiliter en Île-de-France.
Nous projetons d’y déployer :

  • un habitat participatif de 10 à 20 logements indépendants avec des parties communes, pièces à vivre, cuisine, buanderie, ateliers, chambres d’amis…. afin de partager davantage de moments du quotidien
  • une activité agricole professionnelle sur 100 à 200 hectares en polyculture et polyélevage, un jardin-forêt, un verger, des serres… L’activité agricole est dirigée par plusieurs agriculteurs et agricultrices à plein temps soutenus par les autres membres du projet pour leur permettre notamment de prendre des congés en toute sérénité
  • des ateliers de transformation (fromagerie, cidrerie, boulangerie, conditionnement des légumes, du miel…)
  • une activité de maraichage ‘amatrice’ ouverte aux habitants permanents, ponctuels et à toute personne qui souhaite adhérer au projet
  • des activités de services et d’artisanat (travail du bois, forge…),
  • des espaces de travail partagés,
  • un tiers-lieu dédié aux activités de formation et aux événements,
  • une bibliothèque,
  • des boutiques (boulangerie, vente de produits transformés…)
  • des activités de restauration,
  • … et toutes les idées apportées par les membres du collectif et approuvée par ce dernier !

Une part = une voix
Certains pourront investir de l’argent, d’autres du temps. Certains seront en mesure d’investir beaucoup, d’autres moins.
L’organisation coopérative du projet porte des valeurs démocratiques. Chacun est associé de façon égale aux décisions collectives, se responsabilise et est valorisé en conséquence. La prise de décision s’enrichit de la diversité des opinions et des sensibilités et constitue l’assurance d’une résilience plus grande.

Les ambitions écologiques
Si nous nous engageons dans un tel projet de mise en commun, de retour à la terre, et de frugalité, ce n’est pas uniquement parce que nous savons que nous serons plus heureux ainsi, mais parce que c’est un impératif écologique, physique et moral. Nous déploierons des toilettes sèches, de la phytoépuration, nous ferons un usage modéré de la voiture et abusif du vélo.
Nous souhaitons engager une démarche où nous sommes conscients des conséquences de nos choix. Nous veillerons à limiter nos consommations d’énergie et de matière, notre impact sur le vivant et le climat.

La rénovation du lieu
Nous ciblons des fermes d’Île-de-France à réhabiliter. Nous utiliserons des matériaux locaux à faible impact carbone (bois, terre, paille, chanvre…) dans une logique d’architecture bioclimatique.
Les architectes de notre collectif orchestreront la conception collaborative ainsi que les chantiers participatifs ouverts aux volontaires.

Un lien territorial fort
Le projet associe les habitantes et les habitants des environs. Les lieux que nous visons sont situés à proximité d’un centre-ville et d’une gare, accessibles en train et en vélo. Le projet a vocation à être un moteur de dynamisme local : la ferme peut alimenter une cantine scolaire, mettre à disposition des espaces et des outils de travail, ouvrir un café associatif, des boutiques permanentes ou temporaires de vente de produits du terroir, organiser des événements festifs, mettre à disposition du matériel en partage et ouvrir une recyclerie.

Equilibre économique et écosystème
Chaque lieu a pour objectif économique l’atteinte d’un équilibre. Les ressources sont constituées des souscriptions des coopérateurs et des recettes des diverses activités ainsi que de moyens de financements éthiques. Le projet est à but non lucratif et sa construction permet d’écarter la spéculation immobilière.

Les projets agricoles, la réhabilitation du patrimoine, l’utilisation de matériaux biosourcés, l’économie sociale et solidaire ou encore la création de tiers-lieu font également l’objet d’appels à manifestations d’intérêt de tous les citoyens et des organisations publiques : en juillet 2020, sur l’initiative d’ADSC, nous avons été lauréat de l’appel à projet Booster Bois Biosourcé, qui récompense les initiatives favorisant le développement des filières de construction en biosourcé ainsi que la formation. Nous sommes également soutenus par le Budget Participatif Ecologique de la Région Ile de France depuis mai 2021.

Nous bénéficions ainsi de l’appui de FiBois, de la Région Ile-de-France et des PNR (Parcs Naturels Régionaux).

Réussir grâce à la diversité et l’ouverture
Le projet est toujours en cours d’élaboration et a vocation à évoluer en permanence ! Contactez-nous pour apporter votre vision.
Agricultrices, agriculteurs aspirants ou aguerris, artisans, artistes,
Familles, jeunes, retraités,
Certains habiteront ici sans y travailler, ou l’inverse.
Les résidents à temps partiel vivent aux côtés des habitants permanents, les ruraux aux côtés des urbains. Nous souhaitons accueillir des personnes originaires des localités qui ont la connaissance du terroir et du territoire et qui participent à son histoire.

Nous organisons des réunions à Paris ainsi que des visioconférences pour construire le projet et nous avons des espaces de communication pour coconstruire le projet.
Pour y être conviés, contactez-nous !

A bientôt !

Pour nous contacter : info@terresfermes.org

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :